Get Adobe Flash player

Autres activités - Présentation

Tout comme l'Agility, le Flyball est une activité ludique qui associe jeu et sport, tout en favorisant une très grande complicité entre le maître et son chien. C'est avant tout un sport d'équipe.

D'un point de vue éducatif, le Flyball permet le développement des aptitudes aux techniques de l'en-avant, du rapport d'objet, de la vitesse de course, du saut, du rappel et de la sociabilité.

Le principe du Flyball est simple :
le chien effectue seul un parcours rectiligne composé d'une série de 4 haies au bout duquel est positionné une boîte (le lanceur) comportant une pédale sur laquelle il doit appuyer, déclenchant ainsi l'éjection d'une balle qu'il rattrape au vol et rapporte à son maître en sautant les mêmes 4 haies en sens inverse.

UNE PRATIQUE ANCESTRALE DEVIENT UNE NOUVELLE DISCIPLINE SPORTIVE.

Illustration attelage

L'AFAAC - Association Française des Amateurs d'Attelages Canins

Illustration attelage

Interdit depuis plus d’un siècle l’usage des chiens attelés a cependant survécu et est resté toléré au travers de manifestations folkloriques régionales.
Dans les années 90 un groupe de passionnés entame une réflexion sur l’aspect éducatif et sportif que pourrait offrir une pratique « moderne » de l’attelage. En effet, pour certaines races, la pratique des sports canins « classiques » est souvent pénalisante voire contraire à leur morphologie. Les chiens de grande taille et de forte corpulence ont donc peu l’occasion de montrer leurs qualités, et de s’épanouir dans une activité à leur mesure. De cette constatation, va émerger en 1998 la trame fondatrice de l’attelage actuel. La première compétition a eu lieu à Caen en 1999 dans la carrière d’un centre équestre.
Au fil des années, le matériel a été standardisé, les obstacles modifiés, puis strictement définis ainsi que les modalités des différentes épreuves. L’attelage aujourd’hui est accessible à tout chien toisant 50 cm minimum au garrot et présentant une musculature adéquate. C’est un exercice basé sur la maniabilité. Le travail attelé nécessite un chien réfléchi et posé, précis et appliqué capable d’initiative et d’indépendance. Il permet de mettre en valeur des qualités spécifiques peu exploitées dans d’autres activités sportives.

L’attelage comporte 3 épreuves distinctes :
les obstacles, la régularité et l’harmonie

- L’épreuve d’obstacles : elle représente de façon artificielle les différents types de difficultés que les chiens « auxiliaires de travail » devaient franchir. Dans cette épreuve, la rapidité n’a aucune importance, seules la précision et la maniabilité sont prises en compte, selon le principe essentiel qui était de ne pas perdre son chargement en chemin… Pour des chiens très expérimentés, les commandements se font à voix seule, les accompagnements gestuels sont habituellement des aides d’apprentissage (elles ne sont pas pénalisées en concours). En revanche, tout contact du conducteur avec le chien, l’attelage ou l’obstacle est sanctionné.

- L’épreuve de régularité se déroule en terrain ouvert naturel, le temps de parcours du chien est estimé par le conducteur. L’estimation faite par rapport au temps de référence établi par le juge, doit tenir compte des dénivelés, de la nature des sols, des accidents de terrain, de la météo… Cette épreuve nécessite une parfaite connaissance de son chien. Dans cette épreuve, tout contact est également proscrit.

- L’épreuve d’harmonie, c’est la référence historique de l’attelage, elle nous rappelle l’utilisation de travail, mais ne doit pas faire oublier les abus et les maltraitances à l’origine de l’interdiction. Le poids total de l’attelage et son chargement ne doivent pas dépasser le poids du chien.

L’attelage peut être pratiqué en couple c’est-à-dire avec deux chiens attelés de front.Cet exercice nécessite une extrême précision, avec deux chiens d’excellent niveau individuel. Il nécessite un entraînement particulier avec un attelage spécifique sur timon.
Les chiens doivent répondre tantôt à des ordres communs tantôt à des commandements individuels… On peut dire que la difficulté est multipliée par deux.

Discipline familiale, athlétique ouverte à tous licenciés adhérents d'un club affilié ou en stage d'affiliation à une canine régionale.

Elle doit permettre de découvrir avec son chien la nature en participant à des rencontres regroupant les amoureux des animaux et de l'environnement et des compétiteurs de hauts niveaux.

Le chien partage depuis plus de 15.000 ans son existence avec la nôtre. Le fruit de cette longue cohabitation, une relation forte et profonde, permet des échanges privilégiés.

Grâce à l'Ecole du chiot, les maîtres peuvent préparer une cohabitation harmonieuse. Grâce à la Méthode naturelle ils peuvent éduquer de manière éthologique dans la complicité et la douceur afin de partager des activités sportives : Agility, Obéissance, Obérythmée, Flyball, Frisbee…

Forts de ces expériences, il nous faut maintenant franchir un nouveau cap afin d'utiliser le chien dans des nouveaux secteurs d'intervention tels que la pédiatrie, la psychiatrie, les activités pédagogiques, etc…

En effet, des bienfaits ont été constatés et prouvés scientifiquement sur les plans physiques, psychologiques et sociaux avec des effets à court terme et à long terme, dans les hôpitaux et les maisons de retraite en tant qu'auxiliaire de santé humaine, dans les écoles pour la pédagogie liée au vivant et la prévention des morsures, dans les quartiers défavorisés pour apprendre aux jeunes la communication et le respect de l'autre.

Sans compter que c'est à travers ce type d'utilisation du chien « visiteur » que la cynophilie obtient une très bonne image de marque.

Le réglement de cette jeune discipline, importée de Grande-Bretagne, où elle porte le nom d'obedience, a été approuvé par la Société Centrale Canine en 1992.

Elle comporte différentes épreuves suivant le niveau de compétition.

C'est une discipline de travail basée sur l'obéissance et la sociabilité tout en réclamant de l'initiative de la part du chien, le tout se faisant dans la joie et sans contrainte excessive.

Extrait du réglement de la SCC :

“Le juge devra tenir compte de la coopération entre le conducteur et le chien et entre les exercices. Tenir compte du plaisir pris par le chien pour effectuer son travail et de la volonté qu'il a à le faire. Le tempérament de chaque race devra être pris en considération.”

Les épreuves se composent d'exercices demandant la suite au pied, les positions assis, debout couché, le rappel, le rapport d'objet, le saut de haie, la sociabilité en groupe et l'absence du maître.

L'obéissance est ouverte à tous les chiens LOF ou non