Get Adobe Flash player

Les tests de caractère

Sous l'influence de son patrimoine génétique et de son environnement, chaque chien possède son propre caractère. Selon l’utilisation que l’on souhaite faire de son chien il sera nécessaire, lors de son acquisition, d’essayer de déterminer son caractère futur.

Le professeur Queinnec propose un classement de 5 caractères fondamentaux.

Type Caractère prévisible Utilisation du chien
A Farouche ou rebelle Mordeur, hostile au dressage
B Indépendant Travail
C Soumis, obéissant Dressage
D Tendre, passif Education compagnie
E Craintif Chien C ou D, mal éduqué

 

Les tests vont donc avoir pour but de prédire le caractère présent et futur du chien.

Il faut toutefois préciser que les tests effectués à 7 semaines d'âge ne sont que prédictifs, le conditionnement du chiot peut changer son caractère. Par exemple l’excitabilité du chiot peut se conditionner entre quatre et vingt-deux semaines (cela se pratique pour les chiens de combat), à sept semaines le caractère mordeur constaté du chien pourra être modifié plus tard par le propriétaire.

Par conséquent les tests d'analyses n'ont qu'une valeur indicative.

Parmi les très nombreux tests proposés, on en retient généralement quatre.

  • Les tests de manipulation de Campbell
  • Les tests d'observation de nichée de Toman
  • Le test du miroir de Breteau
  • Le test de relation homme-chien par le jouet animé de Queinnec.

 

 

Les 5 tests de Campbell

Le test se fait à la 7è semaine, cependant il peut être pratiqué à n'importe quel âge pour établir le caractère du chien.

La durée de chacun des tests est de 30 secondes, le testeur, seul, amène le chiot isolé dans une zone calme, inconnue du chiot, sans sujet de jeu. Il sera manipulé doucement, sans parole vive ni cajolante.

S'il urine ou défèque, on ne tiendra pas compte du test.

 

- Test d’attraction sociale :

Dès l'entrée, on couche doucement le chiot au centre de la zone, puis on s'écarte de quelques mètres en sens opposé à la porte, on s’agenouille et on attire le chiot en tapotant les mains.

On observe si le chiot vient hardiment la queue haute, ou timidement la queue basse, ou s'il ne bouge pas, cela donne une idée de son sens social, de sa confiance, de son indépendance.

- Test d'aptitude à suivre le maître :

On part près du chiot et on marche normalement. S'il ne suit pas, il est présumé indépendant, s'il suit, il est soumis.

- Test de contrainte physique :

On renverse le chiot, on le plaque au sol, et on le roule gentiment d'un côté à l'autre. On le tient ainsi 30 secondes par le sternum.

Ces réactions de défense ou d'acceptation traduisent une tendance à accepter ou non la domination physique de l'homme.

- Test de dominance sociale :

On prend le chiot et on le place en position couchée (de sphinx). On caresse le chiot du haut du crâne vers le dos, on peut aussi appuyer sur la tête en la détournant vers le flanc, offrant ainsi la gorge à un éventuel agresseur. Cela dure 30 secondes pour voir apparaître une réaction nette de l'animal.

Ce test traduit son degré de dépendance sociale.

- Test de la position soulevée de dominance :

On soulève le chiot par le ventre, en mettant les deux paumes entrelacées sous le corps. On tient ainsi 30 s.

Le chiot n'a plus aucun contrôle, il est à la merci de l’examinateur.

 

Interprétation des résultats aux tests:

 

Type

Test d'attraction sociale

Test d'aptitude à suivre son maître

Test de contrainte physique

Test de dominance sociale

Test du soulevé

A Vient franchement Réaction violente (morsure)
B Vient peu Réaction (pas d’essai de morsure)
C Regarde Légère réaction suivie d’acceptation
D Indifférent Pas de réaction
E Fuit Réaction incohérente (violence puis acceptation, raideur)

 

Le chien qui a au moins un A a une tendance à être rebelle. Avec 3 A, il est inapte à la compagnie.

Le chien qui, sans A, a au moins un B est un indépendant.

Le chien qui, sans A ni B, a un C est un soumis. Ses réactions auront souvent été le léchage.

Les chiens qui ont au moins un D sont des tendres.

Les chiens qui n’ont que des E sont des craintifs.

 

 

Les tests de nichée de Toman

Ils visent à observer les capacités de dominance dans une même nichée (fratrie).

On peut trouver des sujets :

L comme leader, qui sont les chefs de meute,

F comme féal, docile, obéissant, qui sont les subordonnés,

G comme glacé, indifférent,

A comme asocial, farouche, rebelle.

 

- Premier test : le chiot est amené dans un local inconnu.

Le Leader n'aboie pas, explore tranquillement l'entourage.

Les Féal aboient contre Leader et essaient de l'entraîner à jouer.

Le Glacé ne bouge pas, regarde en gémissant, est perdu, déconcerté, suit les autres.

L’Asocial tourne en rond, pleure, rampe.

 

- Deuxième test : l'éleveur arrive alors dans la pièce.

Leader regarde de loin ou s’occupe d’autre chose.

Féal s’approche lentement.

Asocial et Glacé se précipitent vers lui.

 

- Troisième test : on apporte de la nourriture.

Leader et Féal mangent, même s'ils sont rassasiés. Ils attaquent Asocial et Glacé.

 

- Quatrième test : on jette un objet dans la nichée.

Leader fonce dessus, regarde, mordille.

Féal tourne prudemment autour puis va avec Leader jouer et explorer.

Glacé est effrayé, reste à sa place, s'éloigne en gémissant.

Asocial s'éloigne en pleurnichant.

 

- Cinquième test : on fait un bruit complètement inconnu des chiots.

Leader ne bouge pas, est étonné. Les autres paniquent.

 

- Sixième test : l'éleveur reste avec les chiots sans bouger ni les appeler.

Leader s'occupe d'autre chose.

Féal reste auprès de l’éleveur.

Asocial et Glacé viennent sauter sur lui.

 

- Septième test : on remet la mère auprès de ses chiots, l'éleveur restant sur place.

Leader va vers la mère, puis Féal suit, puis Asocial et Glacé. Leader fonce sur les mamelles postérieures.

 

- Dernier test : on donne de la nourriture.

Leader ne combat pas, il vient et mange tranquillement.

Féal continue à manger, mais change souvent de place.

Asocial et Glacé se disputent.

 

Cette batterie de tests d'observation sera excellente pour celui qui veut faire du travail, et cherchera donc des Leaders (Voisins du tempérament B).

Les Féaux auront tendance à suivre, à obéir. Ils seront proches du tempérament C, ils seront parfaits pour des chiens de compagnie.

Les Glacés peuvent convenir à la compagnie et sont proches du tempérament D.

 

 

Le test du miroir de Breteau

Vers 6-8 semaines, le chiot commence à réagir à un miroir. A 9-10 semaines, le comportement normal est acquis.

On place le chiot devant un grand miroir, en pied. Selon leur réaction, on distingue 3 sortes de chiots.

 

Les uns sont sociables, équilibrés, confiants, dominants. Il va y avoir tension, avec souci du rang hiérarchique.

Le chiot va se regarder en marquant des périodes d'immobilité nette, alternant avec périodes d'approche et de recul bien marquées. Ils correspondent aux tempéraments A et B.

 

D'autres seront sociables mais dominés, juvéniles.

Il y aura recherche de l’autre, du contact, avec soumission et sollicitation de jeu.

Le chiot marque une brève immobilité, avec un regard fixe, les oreilles dressées, des périodes d'approche et de recul.

Cela correspond aux tempéraments C et D.

 

Enfin, on trouve des chiots instables, peu sociables, craintifs.

Ils marquent une longue immobilité, avec la tête tournée, une attitude furtive, avec rejets par fuite ou grognement.

Ce sont des A ou des E.

 

 

Les tests du jouet animé

Face à un nouveau stimulus, tout chien peut répondre de trois manières : par la curiosité, l'indifférence ou par le rejet.

Ce dernier peut lui-même s'exprimer de 3 façons : fuite, raideur, attaque.

Comme pour les autres tests on utilise une pièce neutre et vide dans laquelle on laisse d’abord le chien vaquer et renifler quelques minutes.

Le jouet utilisé est un chien animé et télécommandé émettant des aboiements.

Pour l’analyse du caractère, il y a 3 chaises disposées en arc par rapport au chiot. On met le jouet à quelques mètres, et on observe.

Si le chiot est seul, on dirige le jouet vers lui. Sinon, le jouet est dirigé vers le propriétaire.

 

Le chien identifie immédiatement le jouet à un chien, donc par la vue. Il recule, aboie ou non, puis va flairer sous la queue en se tendant au maximum, et il reste inquiet.

Cet objet a clairement, pour lui, la forme d'un chien, des mouvements de chien, des bruits proches du chien, mais il n'a pas d'odeur de chien.

 

D'autres réactions sont possibles:

Si on note des aboiements véhéments de menace.

Ce chien est un anxieux, peu apte à la vie en appartement.

 

S’il attaque le jouet, le bouscule, le mord. Ce chien est un rebelle, un dangereux.

Notons que ce comportement devient normal, non significatif, dès la 2è ou 3è présentation du jouet. Le chien a alors assimilé ce jouet à un jouet agaçant, comme une balle.

 

S’il marque une indifférence attentive.

On a un sujet équilibré, facile à éduquer, à tendance indépendante (B s'il est actif, D s'il est inhibé).

 

S’il se réfugie sous ou derrière la chaise.

On a un sujet un peu peureux, dont la confiance reste inquiète. C'est souvent le cas des chiots manquant d'expérience précoce.

 

Le chiot peut carrément s'enfuir.

Dans ce cas, c'est un anxieux, souvent livré à un propriétaire laxiste sans inversion de dominance. Le chiot est un marginal prêt à toutes les fugues.

 

Si le chiot se réfugie près du conjoint.

Cela indique la vraie hiérarchie, celui qui est le leader dans le couple.

S’il se réfugie auprès d'un tiers, observateur ou spectateur.

Cela traduit une mauvaise relation entre le propriétaire et le chien, avec souvent un laxisme éducatif, mais surtout marqué par l'incohérence. Celle-ci peut venir de conduites éducatives changeant au gré des circonstances (laxisme total chez soi, sévérité, dès que survient un ami), ou tout simplement de contradictions entre la communication verbale et non verbale.

 

S’il réagit quand le jouet va toucher son maître.

C'est là la marque d'une bonne aptitude à la défense, mais aussi souvent d'une inversion de dominance.

Dans le premier cas, le chiot bouscule le jouet et peut chercher à le détruire.

Dans le second cas, il menace en reculant.

 

On peut procéder avec toute une portée. Comme dans le test de Toman, seul le dominant stable approche du jouet.

Si on fait le test en présence de la mère, tous les soumis se réfugient auprès de la mère.

Les chiens indépendants se tiennent entre le jouet et la mère.

Ce test est à la fois simple et amusant et met très bien en évidence le tempérament hardi et les erreurs éducatives ou les tensions que les propriétaires refuseront de verbaliser.

 

 

L’ensemble de ces tests permet de mettre en évidence le caractère du chiot et permet de prévoir dans une certaine mesure le devenir de ce caractère.

Ces tests peuvent être effectués par la personne qui choisit un chien pour l’adopter, ou bien, et c’est souhaitable par l’éleveur qui sera alors à même de conseiller l’adoption de tel ou tel de ses chiots suivant l’utilisation que souhaite en faire l’acquéreur.

Selon le caractère du chien, celui-ci sera apte ou non à la vie en société auprès de ses maîtres.

 

Toutefois, un chien n’est pas naturellement adapté à une vie au coté de l’homme, il est donc indispensable de lui apprendre les comportements nécessaires pour vivre en harmonie avec son environnement.

Faites ces tests sur un chiot ou même sur un chien adulte, vous serez soit réconforté dans la perception que vous avez de votre chien, soit surpris : dans ce cas il est temps d’en parler avec un professionnel ou un de nos éducateurs bénévoles !

 

N’oubliez pas, ces tests ne sont qu’indicatifs.

L’éducation d’un chien change son caractère…

Rien n’est définitif en matière d’éducation.

BONS TESTS!