Get Adobe Flash player

Un chien est un être vivant et, à ce titre, a son tempérament propre. Cependant, les comportements du chien/chiot dépendent pour la plus grande part de l'apprentissage. D'où l'importance de l'expérience par rapport à la génétique ou autrement dit de l'acquis sur l'inné. Le développement corporel s'accompagne de celui du cerveau, organe maître de l'intégration des comportements. La mise en place des synapses va dépendre en partie des stimulations que le chiot aura reçues pendant sa période de développement, pendant la grossesse et jusqu'à 3 mois environ. Cette période est donc une phase sensible pour l'acquisition de nombreux comportements.

Durant toute cette période, toute expérience vécue par le chiot sera associée à une émotion, positive ou négative, laquelle produira des effets ou des dommages majeurs sur le comportement ultérieur.

80% de cette phase sensible se passe chez l’éleveur/naisseur, d’où l’importance pour la suite d'avoir un minimum d'informations sur l'environnement de naissance du chiot.

1. Chez l’éleveur

Pour obtenir des chiots plus à l’aise, il est important de ne mettre à la reproduction que des mères non stressées, au comportement équilibré. Il semble être bon de caresser les mères enceintes et de leur palper le ventre jour après jour : cela habituerait les fœtus au plaisir du contact humain.

2. Entre la naissance et 2 semaines

Le chiot tête et dort. La mère les nettoie en les léchant, ingère les excréments que le chiot ne peut excréter seul. La position de nettoyage va induire entre autre les positions d’apaisements du chiot.

3. De 2 à 3 semaines

Les yeux s'ouvrent vers 2 semaines. Le chiot entend vers 3 semaines. C’est à cette période que l’attachement du chiot à sa mère se met en place : la mère devient le point de référence comportemental primaire. Il est donc primordial de laisser la mère au contact de ses chiots (hors contre-indication).

4. De 3 à 7 semaines

Période de communication et du début de la sociabilisation. Le chiot voit, entend, se déplace aisément et joue, grogne et aboie. Il apprend qu'il appartient à l'espèce "chien" et commence à en apprendre les codes de communication. Il faut éviter tout isolement ! L'accès à un jardin, environnement extérieur riche en stimulations est un facteur d'éveil.

Le chiot fait ses besoins spontanément et recherche des endroits routiniers, les lui procurer facilitera son apprentissage. Le jeu aide à la mise en place des signaux de communication : la mère a un rôle premier dans cet apprentissage.

5. De 7 semaines à 12/16 semaines

Le chiot continue sa période d'apprentissage la plus dense avec son environnement, il faut donc le sortir dans tous les milieux qu'il est amené à rencontrer une fois adulte. Attention, toutefois des expériences négatives peuvent créer des phobies, donc il est nécessaire de toujours garder sous contrôle la situation et d’apprendre à lire le comportement de son animal afin d’adapter son attitude.

  • Jeux et rencontres avec d'autres animaux (de race et espèces différentes)
  • Promenades en ville (environnement calme pour commencer, puis plus bruyant)
  • Au milieu de la foule et des bruits (marché, galerie commerciale…) toujours sous contrôle de ses réactions, pour éviter la mise en place de phobie
  • Déplacements en voiture
  • Apprentissage/Inhibition de la morsure
  • Apprentissage des auto-contrôles
  • Apprentissage de la propreté
  • Base de l’éducation

C’est aussi le moment du détachement du chiot à sa mère et de la mise en place d’un second lien d’attachement à son nouveau propriétaire.